Edition 2014

Merci à Romain qui cette année nous a concocté ce compte-rendu sympathique et quelque peu parodique...

 
 
     Pour la sixième édition du désormais traditionnel tournoi de Rennes, 40 candidats fort sympathiques venus des six angles de l'hexagone, et même d'outre-crêt de la neige en la personne du sympathique Andréa, s'étaient donné rendez-vous dans l'habituelle Maison de Quartier Francisco Ferrer à partir de 8h30. Là, dans une ambiance détendue empreinte d'une jovialité bon enfant, les guillerets participants ont eu le plaisir de partager un petit-déjeuner à tout le moins gourmand. "Bonjour, comment vas-tu ?", "Ca fait plaisir de te revoir vieille branche", "Toujours un plaisir de revenir à Rennes", "Ah vous les Bretons, vous êtes de sacrés loulous" : telles étaient les sympathiques phrases échangées par nos sympathiques candidats alors même qu'ils se remplissaient gaillardement la panse de viennoiseries et de gâteaux de toutes sortes confectionnés par les petites mains habiles des sympathiques membres du club.
 
     A 9h sonnantes et trébuchantes, notre modèle à tous, le dynamique et sémillant Pierre, chef d'orchestre de cette journée mémorable, annonça les modalités du tournoi. "On ne change pas une équipe qui gagne", dit le sympathique proverbe. Faisant sien cet éclairant dicton, le lider maximo rennais avait décidé de reprendre la formule qui avait fait ses preuves lors des précédentes éditions : deux séries de 9 points gagnants pour tous les candidats (11/10/9 pour les trois premiers qualifiés), avec des 4 à la suite pour les trois premiers qualifiés (0/3/6/9/12 suivant le nombre de bonnes réponses consécutives). A l'issue des séries, les 10 premiers candidats se qualifient pour deux demi-finales, et les autres joueurs disputent tous une partie de classement (11-15, 16-20, etc).
 
     Grâce au travail méticuleux de Pierre, le maestro mayenno-bretillien, les séries se sont déroulées dans un climat de sympathie générale. Se relayant à la lecture, à la machine et à l'arbitrage, l'équipe rennaise avait plaisir à donner du bonheur à des candidats plein de gentillesse, tandis que dans les coulisses, le formidable chef Jean-Luc et sa nom moins merveilleuse épouse Marina guidaient une dévouée et appliquée troupe de commis rennais afin de mitonner un déjeuner aux petits-oignons à toute cette sympathique assemblée réunie par son amour de la culture et du beau jeu. Bien sûr, tout ne pouvait pas être rose pour tout le monde, car à Questions comme en amour, il faut toujours un perdant. Que de regrets, par exemple, pour Daniel, qui vit s'éloigner les demi-finales en manquant le précepteur d'Alexandre-le-Grand à 1 dans un 4 à la suite, ou encore pour Eric du Mans, mieux connu des amateurs de tournois sous le surnom de "la Poulque", qui ne parvenait pas à sortir de sa première série. Ce triste sort, la malheureuse Manuella l'a aussi connu dans une série particulièrement dense, et nous en avons tous été chagriné.

 

     A l'issue des séries du matin, c'est le brillant Jacques qui, comme à son habitude, taquinait les étoiles depuis le sommet du classement, suivi de près par l'insaisissable Alexandre, l'impressionnante Carine, spécialiste du regretté oiseau-éléphant et de l'île Tristan da Cunha, l'encyclopédique Francis, le plus que prometteur débutant Charles, le mythique Jocelyn, le papal Morgan, le juke-box Christophe, la métronome Annick et l'historique Aurélien. Bref, 10 candidats ô combien talentueux et sympathiques que nous étions infiniment heureux de retrouver à ces places de gala.

     Néanmoins, soucieux d'accueillir décemment nos hôtes, nous avions eu une idée : organiser un repas au milieu de la journée, aux alentours de 12h30, et nommer ce repas le déjeuner. De cette manière, il nous semblait que les participants seraient heureux, car il est toujours agréable de partager plus que le simple plaisir du jeu, et de tailler la bavette autour d'un bout de gras. En guise de repas, le chef Jean-Luc et la chef Marina avait eu l'excellente inspiration de nous proposer du confit de canard accompagné de grenailles, tomates et champignons. Que dire sinon que nous nous sommes régalés, tant lors de la dégustation de ces mets savoureux qu'en observant les visages radieux de nos sympathiques candidats. Mais non contents d'avoir satisfait les palais exigeants de nos convives, nous avions eu une autre idée : conclure le déjeuner sur une note sucrée, une marquise au chocolat en l'occurrence. Que de joie dans l’œil vif des participants à la vue de cette composition aussi appétissante que délicieuse !

     Après ce moment de convivialité durant lequel la conversation roula d'impromptus - merci Alexandre ! - en sympathiques plaisanteries - merci Jean-Marie ! -, le jeu put reprendre. Grâce à cette jolie formule tout droit sorti du génial cerveau de notre ami Pierre, tous les candidats avaient la garantie de faire au moins trois 9 points gagnants dans la journée, le dernier ayant lieu lors de la partie de classement. Ces parties ont donné lieu à d'homériques joutes, montrant qu'à tous les niveaux, la lutte est acharnée, mais toujours cordiale. Car si la rivalité aide à se transcender, elle n'est jamais aussi profitable que lorsque l'on peut tomber dans les bras  de son adversaire à la fin de la partie, comme si vous tombiez dans les bras d'un bon ami qui vous a permis de tirer le meilleur de vous-même ; une scène vue à maintes reprises durant cette belle journée.

 

 Afin de répartir les 10 qualifiés pour les demi-finales en deux parties, la technique maintenant bien connue du boustrophédon avait été adoptée. Dans la première demi-finale, Alexandre, Carine, Jocelyn, Morgan et Aurélien s'affrontaient. Une bien belle partie avec de sympathiques candidats, d'autant plus pour nous autres Rennais qu'elle comptait deux Rennais et deux Uro-Rennais. Bien inspiré, Jocelyn sortait en tête, bientôt de suivi de Carine, mais alors qu'Aurélien semblait parti pour prendre la troisième place, Morgan le coiffait sur le poteau grâce à sa connaissance pointue de l'Amérique du Sud. Lors du 4 à la suite, Jocelyn ne parvenait pas à retrouver Max Pécas suffisamment vite et échouait à 2 sur les films ayant un titre particulièrement long ; Carine prenait le risque de jouer sur "Autour des icebergs", risque payant puisqu'elle faisait 3 en trouvant notamment la langue d'origine de ce mot, à savoir le néerlandais ; enfin, Morgan s'attaquait avec espoir aux défaites mémorables des sportifs français, et après une longue réflexion, il retrouvait le malheureux golfeur Jean Van de Velde pour parvenir à 3 points et ainsi se qualifier pour le face-à-face contre Carine. Entre deux candidats parmi les plus sympathiques de leur génération, le duel ne pouvait être qu'un feu d'artifice dont le bouquet final fut le circus maximus, brillamment trouvé par Morgan.

     Dans la seconde demi-finale, ce sont Jacques, Francis, Charles, Christophe et Annick qui se retrouvaient pour un combat au sommet. Qui allait sortir vainqueur de cette partie au niveau à tout le moins relevé ? Sorti en tête du 9 points gagnant, celui que l'on connaît aussi sous le nom de Christouphle impressionnait la sympathique assemblée, mais Francis le rejoignait avec brio, Jacques venant compléter ce duo pour former un trio dont plus d'un m'ont confié qu'ils aimeraient les entendre derrière un micro avec un orchestre en live. Trois candidats, donc, pour deux places seulement, mais comment départager le magnificent du somptueux, et le somptueux du grandiose ? L'on n'aime pas ces moments où le jeu nous condamne à l'inique. Après que Christophe eut fait 3 sur les humoristes belges, Francis enchaînait par un 4 sur le Minotaure - comment aurait-il pu en être autrement ? Jacques allait-il parvenir à égaler Christophe sur la faune himalayenne ? En ce funeste moment, il coinçait à 2, optant pour le panda géant quand le panda roux (ou petit panda) était attendu. Qui de Christophe ou de Francis allait l'emporter ? Malgré une belle combativité, Christophe ne pouvait que repousser l'échéance, Francis paraissant inarrêtable sur ce face-à-face où les inspirations brillantes succédèrent aux éclairs de génie.

 

     Pour finir, une finale séduisante s'offrait donc à la sympathique assemblée : d'un côté Francis, vainqueur de la première édition du tournoi de Rennes, champion multi-récidiviste (à quand les peines plancher pour permettre aux autres joueurs de briller ?) dont le savoir n'a d'égal que la bonne humeur et le fair-play. De l'autre, Morgan, jeune poulain stakhanoviste de l'écurie rennaise, encore jamais vu à ce niveau mais toujours prêt à cueillir les fruits que la vie met sur son chemin. Pendant longtemps, ce face-à-face fut disputé, Morgan identifiant superbement Smells Like Teen Spirit, Céline Dumerc ou Pierre Moscovici, quand Francis estomaquait la foule grâce à l'axolotl, Candaule ou la betterave à sucre. Point par point, les deux valeureux adversaires et néanmoins amis se rendaient coup pour coup, prenant un plaisir qui sautait aux yeux de l'assistance avec l'éclat de l'évidence. Que d'étoiles dans les yeux de Martine ! Que de bonheur dans le sourire d'Emmanuel ! Que de ravissement pour nous tous de partager à l'unisson ce sympathique moment ! Comme l'aurait sans doute dit Patrick Montel s'il avait été présent, il n'y a que les tournois QP1C pour nous faire vivre ça.

Mais alors que les deux adversaires approchaient du but, le dénouement survint : avec le sang-froid des gens  d'expérience, Francis enchaînait Morphée et l'aluminium, profitant d'un dernier cafouillage de Morgan, qui avait pourtant bien senti la question en proposant la bauxite. Telle la chèvre de monsieur Seguin, Morgan avait lutté toute la nuit, mais au petit matin, il avait dû abdiquer face à la sûre force du loup : on n'essaie pas impunément de prendre son repas à l'Eddy Merckx de QP1C - le cannibale du buzzer n'est jamais rassasié. 

     Beau joueur, Francis saluait les qualités de son adversaire, qui était quant à lui plus que satisfait de cette deuxième place. Les candidats pouvaient tous alors venir récupérer leurs sympathiques lots, dans une atmosphère empreinte d'une euphorie contagieuse.

     Après avoir partagé un dernier moment de convivialité avec les joueuses et les joueurs, il était temps pour les organisateurs de replier le chapiteau de ce barnum à bonheur, puis de faire le bilan de cette sympathique journée. Et si bien sûr le déroulement de cette journée nous avait rendu heureux, nous partagions cependant un regret, celui que tous ces sympathiques et méritants candidats ne puissent pas être dans les 10 premiers. Aussi, pour l'année prochaine, nous avons commencé à réfléchir à une nouvelle formule dans laquelle les 40 participants seraient répartis dans quatre tournois différents, ce qui permettrait de récompenser chacun à sa juste valeur. D'ici là, buzzez bien, sympathiques lecteurs !

Et pour terminer, voici le classement général :

1 Francis B. LA ROCHE-SUR-YON
2 Morgan D. RENNES
3 Christophe A. PARIS
4 Carine C. LA PENNE-SUR-HUVEAUNE
5 Jacques T. LABARTHE-SUR-LEZE
6 Jocelyn C. RENNES
7 Aurélien B. UROU-ET-CRENNES
8 Alexandre B. UROU-ET-CRENNES
9 Annick M. CHOLET
10 Charles G. ST-MALO
11 Andréa P. GENEVE
12 Frédéric B. ORVAULT
13 Daniel V. ORVAULT
14 Martine P. LAVAL
15 Louis T. ST-MALO
16 Lionel S. PARIS
17 Jean-Marie B. indépendant
18 Georges F. LE MANS
19 Michel G. LAVAL
20 Ferdinand L. LORIENT
21 Manuella P. ST-SEBASTIEN
22 Joël S. LAVAL
23 Emmanuel M. ORVAULT
24 Isabelle B. GUILERS
25 Claude C. RENNES
26 Philippe A. BEAUVAIS
27 Eric P. LE MANS
28 Bernard D. LORIENT
29 Xavier D. RENNES
30 Nadia RENNES
31 Christine P. ST-MALO
32 Maryvonne L. ST-MALO
33 Patrick RENNES
34 Denis M. CAEN
35 Dominique M. RENNES
36 Monica D. RENNES
37 Jérémie T. RENNES
38 Janie M. LORIENT
39 Guylaine L. ST-SEBASTIEN
40 Brigitte D. RENNES

Bravo à toutes et à tous, rendez-vous l'année prochaine !

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site